Neuf ans plus tard…

9d5d62ad

Du quai de Seine jusqu’au cours du 7ème Art en remontant la rue de Crimée, cela aurait dû faire une vingtaine de minutes de marche. J’avais un peu, beaucoup, trop, arrosé le mariage d’amis et ma vigilance était sans doute « émoussée ». En tous cas c’est ce que la psychologue de l’unité médico-judiciaire m’indiquera vers 5h du matin.

Ce que je retiens de cette nuit-là c’est cette image de moi, le cul dans une flaque d’eau, humiliée et démunie. Plus de sac à main, plus d’honneur, plus d’amour propre et un cri, le mien en pleine nuit.

Ce que je retiens des jours d’après, ce sont les somnifères, les anti-dépresseurs, les anxiolytiques, et la trithérapie. Les veines qui pètent les unes après les autres lors d’interminables prises de sang et cet échange avec un malade « t’inquiètes pas, là t’en chies, mais c’est provisoire, moi c’est pour la vie ». Les heures d’interrogatoire avec une équipe de flics formidables, leur délicatesse et leur psychologie, les allers-retours pour un « tapissage »…

Ce que je n’oublie pas ce sont les regards de mes filles, inquiets, interdits. Le soutien de leur père. Pour elles, mais aussi pour moi, il ne fallait pas sombrer. Hors de question de porter en bannière ce qui sera jugé comme « une agression sexuelle avec violence aggravée ».

Ce que je n’oublie pas ce sont les messages, les menus écrits, les coups de fil, les sms… Quelle drôle d’idée tout de même, des sms… Et les présences, sans faille celles-là, les chaleureuses, les fortes, les précieuses… pas juste les premiers jours mais jusqu’au procès. Mais pourquoi ne pas l’écrire, je n’oublie pas non plus, les regards qui se sont dérobés, les sourires gênés, les « on s’appelle »… ou pas. J’ai appris à faire « avec » et surtout à faire « comme si » des années après.

Le procès est intervenu 15 mois après, il était 3 en plus de mon avocat pour me soutenir, pour faire face à mon agresseur, pour entendre de ma bouche les détails du sordide. 3 mecs pour me tenir la main. Pierre, Mao, Jérôme, 9 années après, j’y ai repensé cet après-midi, Merci !

ZEN

Extérieur jourLe 11 mai dernier, Sarkozy « écorchait » Victor Hugo et son Quatrevingt-treize et persistait quelques jours après. La polémique enflait sur les réseaux sociaux mais là n’est pas l’essentiel. En 140 signes il ne s’agit pas de vérifier comme n’importe quel collégien de 4ème sur n’importe quel moteur de recherche ce que l’on écrit. Il faut faire du « buzz ». Les citations en tout genre fleurissent bon la culture à bon ton sur tous les supports de Facebook à twitter. Que celui ou celle qui n’en use ni n’en abuse, me jette la première pierre. Vieux souvenirs de ma première littéraire où chacun s’affairait à bourrer de citations plus ou moins heureuses chacune des copies à rendre.

Voici mon « TOP 13 », petite récolte sur le oueb des 15 derniers jours, où l’on n’hésitera pas à citer Bruce Lee ou encore Maître Yoda, mais pas Jaurès, ce qui est un comble pour une socialiste en 2015… Pour 2016, il faudrait que chacun démarre son répertoire de citations de François Mitterrand.

  1. Si vous fermez la porte à toutes les erreurs, la vérité restera dehors (Tagore).
  2. On blâme aisément les défauts des autres, mais on corrige rarement les siens. (La Rochefoucauld)
  3. Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde. (Bouddha)
  4. L’homme qui déplace une montagne commence par déplacer les petites pierres. (Confucius)
  5. Un but ne doit pas toujours être atteint, souvent il sert juste à nous donner une direction. (Bruce Lee)
  6. Quand tout semble aller contre toi, souviens-toi que l’avion décolle contre le vent, pas avec. (Henry Ford)
  7. Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir. (Confucius)
  8. Dans tous les cas, l’espérance mène plus loin que la crainte. (Jünger)
  9. La peur mène à la colère, la colère à la haine et la haine au côté obscur.(Yoda)
  10. Pour voler avec les aigles, il faut arrêter de nager avec les canards. (Eker)
  11. C’est le propre de l’homme de se tromper; seul l’insensé persiste dans son erreur. (Cicéron).
  12. Tout le monde savait que c’était impossible à faire. Un jour est arrivé quelqu’un qui ne le savait pas, et qui l’a fait. (Churchill)
  13. Chaque coup de colère est un coup de vieux; chaque sourire est un coup de jeune. (Proverbe chinois)