Anne, ma soeur Anne…*

* Anne, ma soeur Anne, Louis Chédid, 1985

Anne Frank Margot Frank

Bel hommage de Louis Chedid à cette enfant victime de « l’historique hystérie » nazie dans cette chanson Anne, ma soeur Anne sortie en 1985. Anne Franck est morte il y a 70 ans. Elle aurait eu 85 ans.

J’avais 13 ans, l’une de mes tantes m’offrait Le Journal d’Anne Franck, le livre composé du journal intime tenu par Anne Franck une jeune fille allemande, juive, exilée au Pays-Bas avec sa famille. Et je plongeais littéralement dans le quotidien de Anne 13 ans recluse avec sa famille et 4 autres personnes parce que juifs,  dans « l’annexe », cette partie cachée tout en haut de la maison du 263 Prinsengracht à Amsterdam. L’Allemagne nazie occupe les Pays-Bas.

Le 9 octobre 1942, elle écrit « La radio anglaise parle d’asphyxie par le gaz. Je suis complètement bouleversée. »

En 1979, exceptionnellement mes parents nous autorisaient ma soeur et moi à regarder la télé un mardi soir après 20h. Les Dossiers de l’écran sur Antenne 2 diffusaient la mini-série américaine qui décrit la destruction des juifs d’Europe à travers l’histoire de deux familles de Berlin, l’une juive, l’autre nazie (Holocaust).

Là on n’était pas dans une série, on était dans l’écrit. La narration écrite par une jeune fille qui avait mon âge contrainte de vivre durant deux années à huis-clos, avec 7 autres personnes. Ce n’est que grâce à un miroir qu’elle pouvait apercevoir le ciel.

A 13 ans, on ne tient pas en place, on veut tout découvrir, on croit tout savoir, on veut aimer, être aimé. Peter-van-Pels-and-Anne-Frank7

Elle est réduite au silence à journée entière, le moindre bruit émanant de l’Annexe révélerait la présence des clandestins réfugiés au dernier étage de l’entreprise de son père Otto. Outre la famille Frank, quatre autres Juifs sont cachés dans l’annexe : Hermann et Auguste van Pels et leur fils Peter, et Fritz Pfeffer. Quatre employés de l’entreprise d’Otto aident les clandestins. Les clandestins ont quotidiennement peur d’être découverts. Et ce n’est pas si simple que ça de vivre à huit dans un espace aussi étroit.

“C’est une sensation très étrange, pour quelqu’un dans mon genre d’écrire un journal. Non seulement je n’ai jamais écrit mais il me semble que plus tard, ni moi ni personne ne s’intéressera aux confidences d’une écolière de treize ans.”

“L’idée de ne jamais pouvoir sortir m’oppresse aussi plus que je ne suis capable de le dire et j’ai très peur qu’on nous découvre et qu’on nous fusille, évidemment une perspective assez peu réjouissante.”

“Ne me juge pas mal, mais considère-moi plutôt comme quelqu’un qui de temps en temps a le cœur trop lourd.”

“La chose importante à garder en tête est qu’il ne faut jamais attendre une minute pour commencer à changer le monde.”

“Moi, je veux continuer à vivre, même après ma mort.”

Dernière phrase écrite par Anne Franck, 3 jours avant son arrestation et celle de tous les occupants de l’Annexe, le 4 août 1944 : “Je ne cesse de chercher un moyen de devenir comme j’aimerais tant être et comme je pourrais être, si..personne d’autre ne vivait sur terre. »

Le 4 août 1944, les clandestins sont arrêtés. Quelqu’un les a dénoncés. Ils sont déportés via le camp de transit de Westerbork à Auschwitz. Seul Otto survit à la déportation, tous les autres clandestins de l’annexe trouvent la mort. L’identité du délateur n’a jamais été découverte.

Anne est arrêtée avec les autres clandestins. Dans le camp de concentration d’Auschwitz, Anne se retrouve avec sa mère et sa soeur dans une baraque. Par la suite, Anne et Margot sont envoyées à Bergen-Belsen. C’est là qu’Anne meurt, en mars 1945, à l’âge de 15 ans.

Anne_Frank_M01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s