Révélations 2014

Image

32 comédiennes et comédiens ont été choisis par le Comité Révélations de l’Académie des César, à l’issue de sa délibération en date du 18 novembre 2013. Lundi, le 6 janvier, ce sera l’ouverture du vote du 1er tour. Parmi les 32 comédiennes et comédiens qui ont été pré-selectionnés figurent Idrissa Diabaté et Ibrahim Koma, Isma et Djibril Khomassi, de La Cité Rose, LA comédie dramatique française réalisée par Julien Abraham, sortie en 2013. 

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/le-cineaste-des-poetes-tourne-dans-sa-cite-24-08-2011-1576618.php

Pour 2014: Vive l’empathie !

Image

Le terme « empathie » a été créé en allemand (Einfühlung, ressenti de l’intérieur) par le philosophe Robert Vischer pour désigner le mode de relation d’une personne avec une œuvre d’art qui permet d’accéder à son sens. Il a ensuite été repris par Théodore Lipps et Karl Jaspers puis par Sigmund Freud avant de s’imposer plus largement, traduit par empathy en anglais et empathie en français.

En psychologie, l’empathie est la capacité de ressentir les émotions, les sentiments, les expériences d’une autre personne ou de se mettre à sa place.
Cette attitude nécessite un effort de compréhension intellectuelle d’autrui. Elle exclut cependant toute confusion entre soi et l’autre, tout mouvement affectif personnel ainsi que tout jugement moral. En effet, l’empathie n’implique pas de partager les sentiments ou les émotions de l’autre, ni de prendre position par rapport à elle, contrairement à la sympathie ou à l’antipathie.
En philosophie, l’empathie désigne l’appréhension immédiate de l’affectivité d’autrui. 
L’adjectif « empathique » qualifie une personne ou une attitude qui montre ou exprime de l’empathie.

Avant propos

 

Michelet CA

C’est grâce à Christian Jacob que l’idée de ce site a germé ! Mais si, mais si. Il nous avait  parlé en 2011 de « la France des terroirs » « celle qu’on aime ».
Née dans l’un de ces terroirs, mi ville-mi campagne, je courrais dans les bois les après midi de vacances de printemps en rêvant déjà à « la ville ». Le mois de mai voyait arriver de très belles journées et fleurir des croix de communiant au cou des collégiens.
Mon arrière grand-mère paternelle se prénommait Zilda et je n’ai jamais vu un seul de ses cheveux dissimulés sous son fouloir. Sa fille Marguerite était ma grand-mère, je l’admirais et je l’adorais, autant que Zilda me terrifiait, sans jamais avoir été capable de vraiment lui dire…
« Deviens ce que tu es… »
Débarquée par hasard dans le 19ème arrondissement il y a 17 ans, j’y suis restée par choix. Mes enfants y sont nées.
Et j’ai découvert ce que Christian Jacob ne connait pas… les talents du terroir urbain ! Ce sont eux, habitants, citoyens engagés, associatifs, militants, artistes qui « sévissent » au coeur de ce que l’on désigne aujourd’hui comme étant des Zones Urbaines Sensibles, qui m’ont motivés pour écrire ce que je vis, partage, encourage dans cet arrondissement de Paris.
« Le 19ème arrondissement a changé et ça se voit » et il a vu grandir des talents et pas des moindres.
Il ne s’agit pas de ripoliner en rose ces quartiers en suçotant des pralines. Nous ne nions pas les difficultés, la violence, le décrochage scolaire, le chômage… Mais ces quartiers ne sont pas seulement des kilomètres de bitume et béton à problèmes, ils sont aussi et surtout le territoire de femmes et d’hommes incroyables d’imagination, d’innovation et toujours en action !
Avant d’être des « quartiers politique de la Ville », ces zones urbaines sont constituées de chair et de sang, d’êtres humains sensibles.

A mes enfants et à celui qui me supporte du lever au coucher du soleil… parce que je les aime tout simplement 🙂

– See more at: http://terroirsurbains.typepad.com/blog/mode-demploi.html#sthash.1Es6xvUe.dpuf